Philosophie

La philosophie d’inspiration de Communidée: le modèle qui mise sur l’attachement au coeur du développement

 

À noter que nous présentons ici notre philosophie afin d’aider les parents à comprendre la façon dont Communidée gère les conflits : aucun parent n’est parfait et nous ne nous attendons certainement pas à ce que les membres de Communidée le soit. Cette approche est celle que nous privilégions car elle nous a beaucoup aidé à construire et entretenir des relations harmonieuses entre les membres de la communauté.

 

La théorie de l’attachement selon Neufeld en résumé:

En tant qu’être social, l’être humain a besoin de prendre soin et de dépendre des autres, l’attachement est cet instinct qui permet que l’interaction se fasse en douceur. Selon Neufeld, une relation fonctionnera mieux si une personne prend le rôle « alpha » (en tant que leader, c’est lui qui prend soin de l’autre et qui voit à ce que les besoins de celui-ci soient comblés) et l’autre personne prend le rôle de dépendant ( en tant que dépendant, il est pris en charge). À travers les relations, entre amis ou dans le couple, les partenaires peuvent interchanger les rôles et passer de alpha à dépendant et vice-versa selon les besoins. Par contre, dans la relation parent-enfant, le parent doit être le membre « alpha » et l’enfant doit être le dépendant.

L’attachement ne peut être enseigné. Neufeld croit que l’enfant tombera automatiquement dans le rôle du dépendant si les conditions sont les bonnes. Notre travail est de faire en sorte que ce soit facile et sécuritaire pour l’enfant de dépendre de nous en assurant qu’il se sente en sécurité face à la séparation, la honte et les inquiétudes.

 

Lignes directrices pour qu’un enfant dépende de vous:

Analysez avant de diriger.

  • Prenez un moment pour connecter avec l’enfant afin qu’il soit à l’écoute avant de faire vos demandes.
  • Demandez : « Tu sembles bien t’amuser avec ce jeu! »
  • Posez une question sur ce qu’il fait et écoutez la réponse.
  • Attendez que l’enfant vous regarde, sourit et acquiesce avant de vous adressez à lui.

Identifiez ce qui pourrait vous diviser.

  • Quand vous faites votre aurevoir, insistez sur le fait que vous vous reverrez bientôt, que vous avez hâte de le retrouver. Pensez à certains rituels que les amoureux utilisent pour s’encourager alors qu’il doivent être séparés pour un moment : laisser un objet spécial, une note, etc.
  • Lorsqu’il y a un problème ou un conflit, miser sur le fait que tout va bien aller et passer à autre chose.

Offrez une présence alpha forte.

  • Prenez les devants. Prenez en charge tout ce qui concerne l’enfant.
  • Soyez la réponse à leur besoin d’attachement, leur point de référence, réconfortant et pourvoyeur. Essayez de répondre aux besoins de base tel que la nourriture et le confort dont il a besoin.
  • Faites que ce soit sécuritaire et facile pour l’enfant de dépendre de vous.
  • Répondez aux besoins, pas aux demandes. Si vous obtempérez à une demande, faites en sorte de donner l’impression que cela était votre idée depuis le début.
  • Ne posez pas trop de questions. « Qu’est-ce que tu veux manger? Veux-tu un calin? ».  Soyez dans l’affirmatif avec lui.
  • Prenez les devants dans la relation et en prenant soin de l’enfant.
  • Prenez la responsabilité de la relation. Conservez-la et protégez-la.
  • Prenez la responsabilité de vos réactions face à l’enfant.
  • Prenez les décisions qui vous semblent les meilleures même lorsque l’enfant n’est pas d’accord.
  • Prenez la responsabilité de garder l’enfant à l’abri du danger et hors de l’ennui.
  • S’il vous est impossible de contrôler ce qui arrive, donnez l’impression d’inviter l’inévitable. Par exemple, à l’approche d’une crise, laissez-la venir. Dites « Tu ne seras pas content de ceci, mais je m’en occupe. ».
  • En ce qui a trait à l’attachement, donnez plus que nécessaire. Tentez de prendre les devants sur les besoins.
  • Donnez un peu de repos à l’instinct alpha de temps en temps. Laissez l’enfant prendre les devants lorsqu’il joue ou fait un sport.
  • Mettez en place des situations où l’enfant doit dépendre de vous. Allez en camping ou à un nouvel endroit où vous êtes sans contredit la personne ressource.

 

Comprendre l’aggressivité:

La source de l’agressivité est un sentiment de frustration lorsque quelque chose ne fonctionne pas pour l’enfant (incluant, mais pas nécessairement, les difficultés d’attachement). Demandez-vous (ne demandez pas à l’enfant) « Qu’est-ce qui ne fonctionne pas pour lui? ». Évitez de poser des questions comme « Qu’est-ce qui est arrivé? », « Pourquoi as-tu frappé? », « Qu’as-tu pensé? », « Qu’est-ce qui ne va pas ». Souvent, l’enfant ne connait pas la réponse et le questionner peut amener de l’inquiétude ou de la honte ( ce qui mène à plus de frustration!).

Souvent, il n’y a pas de solution au problème qui cause de la frustration; l’enfant doit arriver à accepter la situation comme elle est (pas de biscuits avant le repas, ne pas être invité à une fête, ne veut pas aller chez l’autre parent pour le week-end, etc.). La meilleure façon d’obtenir l’acceptation de la situation et l’adaptation de l’enfant (et l’apprentissage) est de passer à travers ces enfantillages grâce aux larmes. Lorsque l’enfant peut pleurer avec le support d’un adulte auquel il est attaché, il est ensuite plus enclin à s’adapter et à passer à autre chose (parfois, plusieurs crises de pleurs sur une certaine période de temps sont nécessaires). Pleurer demande de se rendre vulnérable. Une présence alpha adéquate est nécessaire pour se poser en situation de vulnérabilité.

Quand un enfant frustré ne peut pas être assez vulnérable pour pleurer des larmes de futilité, il exprime souvent cette frustration de manière agressive.

 

Lignes directrices pour gérer les incidents:

  • Limitez les dégâts, n’essayez pas de tirer des leçons de l’incident sur le coup. S’il y a des apprentissages à faire, gardez-les en tête pour les utiliser lors d’un moment plus propice, lorsque vous serez sur la même longueur d’onde.
  • Prenez le contrôle de la situation. Retirez l’enfant de la situation s’il y a danger pour lui-même ou pour les autres. Dirigez-vous vers un environnement où il pourra laisser aller sa frustration (frapper dans un oreiller, déchirer un magazine,…).
  • Adressez la faute directement au besoin. Par exemple, « Ne pas frapper ». Dites quelque chose comme « Je ne te laisserai pas frapper ton ami » lui rappelle que c’est vous qui êtes la personne alpha tout en permettant de communiquer et d’expliquer simplement.
  • Nommez, ne soyez pas gêné. Dites « Tu es faché » plutôt que « C’est méchant ça ». Accepter la frustration tout comme le besoin de l’exprimer.
  • Ne jamais laisser votre enfant croire qu’il est capable de vous blesser (tant physiquement qu’émotionnellement). Vous êtes l’adulte et quand il est hors de contrôle, il a besoin de savoir que vous avez la situation bien en mains.
  • Évitez de vous fâcher. C’est difficile, mais essentiel. La colère vient de notre propre peur et de notre frustration face à notre rôle de parent dans la situation vécue et les enfants le ressentent. Être alpha signifie rester calme et en contrôle de notre personne.
  • Laissez entendre que la relation peut passer à travers la crise en portant l’attention sur le prochain point de connexion (par exemple, “Je suis disponible pour un câlin une fois que ta colère sera passée”).
  • Évitez la discipline basée sur l’isolement (punition) et les conséquences (lui enlever un truc qui lui tient à cœur) lorsque c’est possible. Si nécessaire pour le bien du groupe, accompagné l’enfant dans un endroit sécuritaire.

 

Ressources supplémentaires: